logo

Enquête : Faut-il encore boycotter la destination des Maldives en 2019 ?

24/06/2019

Destinations
Dates de séjour

Navigate forward to interact with the calendar and select a date. Press the question mark key to get the keyboard shortcuts for changing dates.

Navigate backward to interact with the calendar and select a date. Press the question mark key to get the keyboard shortcuts for changing dates.

Famille
Adultes
2

Enfants
1
Appliquer

Depuis 2012, l’envers du décor de la carte postale des Maldives n’est plus un secret pour personne. Sa politique intérieure avait soulevé une vague d’indignation importante auprès des médias et opérateurs de voyage du monde entier. Depuis peu, le vent est en train de tourner pour les Maldiviens, un espoir pour cette petite république de l’Océan Indien dont 40% de son PIB provient du tourisme sur ses atolls, communément renommés « les îles hôtels ». Enquête sur la révolution politique et écologique qui augure des lendemains heureux…

Aerial view on the Maldives

 

 

L‘abolition de la charia, une meilleure gestion des déchets et le retour des droits de l’Homme, voilà ce que promet Ibrahim Mohamed Solih, le nouveau président des Maldives fraîchement élu au suffrage universel à la fin de l’année 2018. Ces informations n’ont pas échappé à la collection d’hôtels de luxe pour familles Little Guest qui suivait de près la situation sur l’archipel après avoir entendu l’appel au boycott de cette destination de rêve. Acteur du changement, l’homme d’Etat incarnera-t-il le renouveau tant attendu pour l’île nation la plus sollicitée des touristes fortunés ?

 

> Pour tout savoir à propos de cette destination paradisiaque et réussir pleinement vos vacances en famille, ne manquez pas notre Guide des Maldives !

 

L’ÉLECTION D’UN PRÉSIDENT PROGRESSISTE

L’espoir d’une nouvelle démocratie 

Le 17 novembre 2018, les Maldiviens ont élu avec 58% des voix leur nouveau président : Ibrahim Mohamed Solih. L’homme d’Etat de 57 ans est un ancien membre de l’opposition au régime autoritaire de Maumoon Abdul Gayoom, ex-dictateur qui a plongé le pays dans une vague de répression pendant 30 longues années. Fondateur du Parti démocrate en 2003, le nouveau président s’est exprimé le soir de sa victoire sur ses intentions de réformer le système législatif, la justice, mais aussi les droits humains en abolissant les lois répressives et en rendant à la société civile l’accès et l’égalité pour tous aux biens publics. Ibrahim Mohamed Solih a également émis le souhait de réintégrer la nation dans le Commonwealth, une assemblée d’Etats de droit garantissant le respect et l’application de la démocratie et des droits humains.

 

« L’abolition de la charia, une meilleure gestion des déchets et le retour des droits de l’Homme, voilà ce que promet Ibrahim Mohamed Solih, le nouveau président des Maldives. »

 

Une révolution pour la nation dont le passé politique est aussi trouble que chaotique. Entre dictature, violation des droits fondamentaux et charia, le pays inquiétait de plus en plus les plus grandes organisations internationales qui appelaient alors en 2012 les opérateurs et agences de voyage à boycotter la destination paradisiaque la plus prisée des vacanciers fortunés.

 

La fin d’un régime autoritaire salafiste

Il y a moins d’un an, sous le régime de l’ancien président, Abdul Yameen, les opposants politiques étaient emprisonnés, la justice corrompue, la charia rétablie dès 2014 imposant une flagellation en place publique aux femmes soupçonnées d’adultère ou de relations sexuelles hors mariage et des mariages forcées pour les jeunes filles dès l’âge de 9 ans, mais aussi l’application de la peine de mort pour les enfants dès 7 ans en considérant que le vol, l’apostasie ou encore la consommation d’alcool représentaient un délit suffisant pour en écoper…

Le récit de ces événements horrifiants a parcouru les publications de la presse mondiale et a alerté les groupes hôteliers installés dans les atolls. Parmi eux, le célèbre milliardaire Sir Richard Branson, propriétaire de nombreux hôtels de luxe pour familles à travers le monde, avait menacé de retirer les activités du groupe Virgin de l’île nation si les exécutions des enfants, condamnés à la peine capitale alors qu’ils étaient mineurs, étaient maintenues.

 

Le Conseil européen révoque ses sanctions

Depuis la passation de pouvoir, les choses se sont nettement améliorées sur le territoire maldivien. Non seulement, le nouveau président a engagé des enquêtes pour corruption et détournements de fonds réalisés au cours du mandat de Yameen, mais il a aussi libéré les prisonniers politiques et appelé les opposants politiques en exil à réintégrer le pays, sans oublier que des élections parlementaires démocratiques et pacifistes se sont tenues le 6 avril 2019 à Malé.

A la lumière de ces événements, le Conseil européen a décidé de révoquer le cadre de sanction en vue de mesures restrictives à l’encontre des Maldives, adopté l’été passé. Ces sanctions visaient l’interdiction de pénétrer le territoire de l’UE aux « personnes et entités responsables d’actes portant atteinte à l’État de droit ou faisant obstacle à la recherche d’une solution politique inclusive aux Maldives, ainsi qu’aux personnes et entités responsables de violations graves des droits de l’homme. »1. Une action parmi d’autres qui encourage les amateurs de destinations paradisiaques à reprendre la route vers Malé. Seul bémol restant dans le paysage : la catastrophe écologique des Maldives, un tabou dissimulé à la vue des vacanciers depuis le boom touristique…

 

 

Aerial view on Male in Maldives

La capitale des Maldives, Malé, est enregistrée comme la ville la plus densément peuplée au monde

 

 

L’ÉVEIL DES CONSCIENCES ÉCOLOGIQUES

Une meilleure gestion des déchets

La gestion des déchets est un véritable casse-tête aux Maldives. A ce jour, il n’existe pas encore de système de tri normé, responsable et efficace dans la république. Une logistique d’autant plus complexe qu’il s’agit de coordonner en une seule politique 1.190 îles et 22 atolls, uniquement joignables par la mer et parfois inhabités. La solution de facilité des anciens régimes maldiviens qui alerte les organisations écologiques internationales porte le doux nom exotique de « Thilafushi ». Située à 20 minutes en bateau de la capitale, celle que l’on surnomme aujourd’hui communément « l’île poubelle » accueille plus de 300 tonnes de déchets plastiques, électroniques et industriels par jour. Les employés gouvernementaux y brûlent 24/7 une montagne d’ordures, propageant des vapeurs toxiques dans les airs et les eaux aux alentours. Un vrai désastre pour l’environnement, aussi précieux soit-il dans cette partie du monde…

Heureusement, les Maldiviens ont récemment pris conscience de l’urgence environnementale. Dès leur plus jeune âge, les enfants des îles sont invités à rejoindre des associations locales œuvrant pour la préservation de leurs terres à travers des actions de recyclage. Les écoliers ramassent ainsi chaque jour en compagnie de leurs enseignants et bénévoles les déchets abandonnés sur les plages de la capitale.

 

« Dès leur plus jeune âge, les enfants des îles sont invités à rejoindre des associations locales œuvrant pour la préservation de leurs terres à travers des actions de recyclage. »

 

 

La responsabilité des îles hôtels

Premier pays du globe menacé par la montée des eaux, les Maldives abritent une centaine d’hôtels de luxe pieds dans l’eau, installés dans les lagons des atolls. Désireuses de participer elles aussi au changement, les chaînes hôtelières sensibilisent leurs clients à la préservation des écosystèmes des Maldives, en commençant par la protection des espèces sous-marines menacées. Parmi elles, on compte notamment les tortues et les coraux, respectivement victimes de la surpêche et du réchauffement climatique. 

De plus en plus de laboratoires ouvrent leurs portes sur les îles hôtels. Orchestrés par des biologistes originaires du monde entier, ils travaillent activement sur les greffes de coraux dont les « nurseries » sont minutieusement installées sous les pilotis des bungalows, à l’abris des courants. Une collaboration justifiée et inévitable pour les îles hôtels qui dépendent entièrement de la survie des récifs. Si les coraux venaient à disparaître, les vagues (sans obstacle pour restreindre leur puissance) accéléreraient l’érosion des rives et in fine, l’immersion des atolls. 

 

 

A marine turtle swims in the Indian ocean

La quasi totalité des espèces de tortues marines sont menacées d’extinction

 

 

et maintenant ?

L’avis de Little Guest par son  fondateur et CEO Jérôme Stefanski

« En décembre 2018 j’ai appris l’élection du nouveau président Ibrahim Mohamed Solih en feuilletant les pages de l’hebdomadaire Courrier International. Cette élection surprise n’a pas été médiatisée, alors qu’il s’agit là d’une formidable chance pour les Maldives de retrouver un système politique démocratique. En tant qu’acteur du marché du voyage, cela me réjouit car les populations locales vivent principalement du tourisme et ces dernières années beaucoup de nos clients hésitaient à visiter ce magnifique pays à cause de ce qu’ils entendaient dans les médias. La révolution politique et écologique est en marche aux Maldives et chacun de nous doit en être l’acteur à sa façon ! ». Bruxelles, 24/06/2019

 

Pour vous aider à vous faire une idée par vous-même, Little Guest vous propose de partir à la découverte de cette destination où plages de sable fin bordées de cocotiers, eaux cristallines et récifs de corail se marient harmonieusement pour vous offrir un séjour paradisiaque en famille.

Pour ce faire, quoi de mieux qu’un somptueux hôtel 5 étoiles ? Entourée par des eaux turquoise et d’infinies plages de sable blanc, l’île qui abrite le Niyama Private Islands a tout d’un paradis sur terre. Outre son décor de rêve pour des vacances farniente au soleil, l’hôtel a saisi l’importance de combiner calme et bien-être en famille. Ainsi, l’atoll se divise en deux îles interconnectées : la première, axée sur la détente et le calme, est idéale pour une évasion en couple ; la seconde, qui abrite un kids-club, est dédiée aux activités pour les enfants et les familles. Cet hôtel d’exception offre donc de quoi faire le bonheur de chacun en combinant moments de détente et d’amusement.

 

 

Sources : Consilium Europa (1), Le Routard, Amnesty International, Le Figaro

 

 

 

Sarah, 27 ans, passionnée de gastronomie italienne et de voyage, originaire de Bruxelles

Vous aimerez aussi