Trajet en voiture avec bébé : avis d’une maman

30 juillet 2018

Ah ! Les grandes vacances en famille… On en rêve depuis des semaines. Mais à J – quelques dodos, une question nous turlupine : et si ce long trajet en voiture virait au cauchemar ? Parce que prendre la route avec des enfants en bas-âge peut parfois nous faire penser à l’expérience de Koh-Lanta… Voici quelques conseils pour que votre voyage se passe dans les meilleures conditions avec un BABY ON BOARD.

 

Une maman installe son bébé dans le siège auto de sa voiture

En voiture Simone !

 

1. Quel siège-auto choisir ?

Un bon siège-auto, c’est la base (isofix ou pas). Privilégiez avant tout la sécurité et le confort ! Pour les bébés de 2,5 à 13 kg, il est préférable de choisir un siège-auto coque qu’on installe dos à la route (5x plus sûr selon Securange) plutôt qu’une nacelle. Notre best of ? Les sièges Cybex et Besafe, réputés pour leur sécurité et qualité. Conseil d’initiée: préférez un modèle qui se fixe sur le châssis de la poussette. Vous gagnerez de l’espace dans le coffre et ne réveillerez pas le bébé quand vous sortez de la voiture. Pour les plus grands, investir dans un siège auto groupe 1/2/3 avec bouclier est une révélation. Non seulement, les crash tests ont prouvé que cette solution réduit considérablement les risques de blessures en cas d’impact, mais en plus, les enfants n’ont plus la tête qui tombe en dormant ! Si on n’a pas toujours l’occasion d’incliner le siège, le bouclier sert de repose-tête.

Testé mais pas approuvé : personnellement, je ne recommande pas le nouveau bandeau dont tout le monde parle qui est censé maintenir la tête de bébé. Pourquoi ? Soit il glisse et écrase les yeux ou se met sur le nez et la bouche (en l’empêchant de respirer convenablement), soit il remonte et lui ouvre les yeux pendant qu’il dort paisiblement (c’est pas beau à voir, d’autant plus que vous devez garder le regard fixé sur la route !). Reminder : mettre un pare-soleil à l’arrière et/ou baisser la « capuche » du siège coque pour que votre bébé ne soit pas gêné par le soleil.

 

 

2. Quels vêtements lui mettre ?

Cela peut paraître futile de se demander comment on va habiller nos enfants pour rester enfermés dans une voiture. Et pourtant, pour un long trajet, cela prend tout son sens. En effet, sa tenue assurera ou non son confort (en se répercutant aussi sur la qualité du sommeil et son humeur !). Par exemple, pour éviter qu’il transpire, bien calé dans son siège-auto pendant des heures, il y a plusieurs trucs et astuces qu’on apprend, un peu malgré nous parfois, au cours du deuxième ou troisième trajet.

Primo : il est inutile de mettre la clim à fond. L’enfant pourrait prendre froid et les vacances commenceraient mal ! Du coup, on choisira plutôt : des vêtements 100% coton – surtout pas de matières synthétiques, des coupes amples pour être à 100% à l’aise en position assise et plus libre dans ses mouvements (pour les filles, une robe est souvent plus confortable qu’un pantalon), une petite couverture légère/un tetra pour couvrir les jambes pendant la sieste et des chaussures et à choisir des petites chaussettes qui ne serrent pas. Pour les tout-petits qui sont encore dans un Maxi-Cosi ou dans un autre siège du même genre, on peut choisir une jolie housse d’été agréable au contact de la peau et qui se lave facilement en machine.

 

 

3. Manger et boire dans la voiture

Les aires et restaurants d’autoroutes, parlons-en ! Pour les bébés de 0 à 18 mois : un chauffe-biberon de voyage. Plusieurs systèmes ont envahi le marché : façon Thermos chez Tommee Tippee, avec une prise allume-cigare chez Chicco (qui convient aussi pour chauffer les petits pots), ou – pour les grands nomades – l’Autonome Star de Babymoov qui fonctionne sans eau et sans électricité. Une innovation qui nous change la vie de parent !

 

« Le chauffe-bibi de voyage, une innovation qui nous change la vie de parent ! »

 

Pour les bébés de 18 mois et + : des collations « intelligentes », c’est-à-dire pas de petits morceaux que l’enfant pourrait avaler de travers et faciles à manger seul sans en mettre partout. Le meilleur exemple ? Des compotes à boire. Son antithèse ? Le chocolat qui fond sur les doigts (sauf si vous pensiez repeindre l’arrière de la voiture). En cas de « turbulences », vous pouvez aussi sortir de votre sac, comme par magie, une douceur qu’il aime vraiment beaucoup : une sucette, par exemple, permet de profiter en moyenne de 18 minutes de silence. Ca sent le vécu, non ?

 

Un bébé habillé confortablement dans le siège auto d'une voiture

Sage comme une image

 

Enfin, n’oubliez pas de garder de l’eau à portée de main/ou un petit jus en berlingot. Bon plan de parent pense-à-tout : vous pouvez les stocker dans une petite glacière isotherme, en tissu, qui vous suivra sans nul doute à la plage ou en promenade pendant toutes les vacances.

Attention : qui dit boire et manger dans la voiture dit risque accru d’arrêts pipi fréquents ou « d’accidents dans la culotte ». Si votre enfant est propre depuis peu, mettez-lui quand même une couche pour vous faciliter le trajet.

 

 

 4. Quels accessoires emporter ?

Un espace de rangement individuel à accrocher au siège avant peut s’avérer très utile. Ainsi, les enfants ont ce qu’il leur faut à portée de main. On y glisse doudou, tétines, livres et joujoux pour les occuper au fil des kilomètres… Le plus : la pochette isotherme pour garder au frais sa boisson favorite. Autre idée sympa : équiper le siège d’un volant pour enfant pour imiter Maman ou Papa qui conduit.

 

 

5. Quels jouets & activités pour les occuper ?

Bien choisir les jouets et activités pour la voiture (et le reste des vacances), c’est tout un art. La preuve : chez nous, il n’y a pas de long trajet sans autocollants. C’est devenu une tradition qui les émerveille, étrangement. Comme les autocollants en relief... Chaque fois que vous prenez la route pour plus de 2 ou 3 heures, sachez que la pochette d’autocollants qu’ils peuvent coller, décoller et recoller dans un décor en forme de carte postale (ou sur les fenêtres) fait toujours son effet. Ou bien les coloriages à l’eau pour dessiner sans risquer d’en mettre partout, les carnets Aqua Doodle n’ Travel sont vraiment top.

Autre choix, la Fabrique à Histoire Lunii : coup de cœur pour cette petite radio sans ondes qui permet à l’enfant de choisir lui-même les héros ou encore le cadre de l’histoire qu’il va écouter. C’est plutôt ludique pour ne pas dire tout simplement génial : les enfants de 2 à 9 ans adorent les aventures de Suzanne et Gaston. En plus, quand vous voudrez avoir une soirée cool – enfin arrivés à destination – vous pourrez faire l’impasse sur l’histoire du soir sans aucune résistance !

On prépare aussi une marionnette. Éh oui ! Parfois, quand c’est un gentil dragon qui fait la loi dans la voiture, les enfants sont plus compatissants. Et puis, shuuuut, il ne faudrait pas risquer de le réveiller… Un dernier round avec l’inévitable playlist de comptines… Être parent, c’est aussi apprendre à mettre sa radio en sourdine ou passer le trajet à écouter des comptines. Excellent pour les occuper en travaillant la mémoire… Et puis, Meunier tu dors (avec les gestes), ca pourrait être un hit parade en version rap de nos jours, non ? En tous cas, c’est toujours mieux que des pleurs…

 

« Chez nous, il n’y a pas de long trajet sans autocollants. C’est devenu une tradition qui les émerveille, étrangement. »

 

Quand il se réveille de la sieste, que le goûter a été englouti, et que doudou a fini sa séance de gym après avoir appris par cœur l’histoire de Tchoupi, il faut innover. Au moins jusqu’au prochain plein d’essence… Pensez au jeu des voitures rouges : dès 2-3 ans, ils aimeront le jeu de voitures rouges (ou des camions, c’est une question de goût). Le premier qui voit une voiture rouge dit : « voiture rouge » et c’est celui qui en a vu le plus à gagner ! Cela peut paraître un peu basique comme ça mais c’est plutôt intéressant pour apprendre à compter et à reconnaître les couleurs. Variante : Vous pouvez le faire en anglais, en espagnol, en néerlandais, etc. Toujours pour rester dans nos bons vieux classiques, il y a également « Le Roi du Silence » (pas besoin de vous expliquer les règles, si ?). « Ni oui, ni Non » ou encore les fameuses « Devinettes ». Au secours !

Plan B : Quand on se chamaille à l’arrière, la musique classique peut aider. L’effet Mozart devrait relaxer les plus impatients, et d’après certaines études, contribuer – ou pas – à leur développement cérébral. Après tout, du moment que ça les calme…

 

 

 

 

Magali, 36 ans, maman de deux enfants de 3 et 5 ans, originaire de Waterloo